Il y a, dans l’album de Tintin On a marché sur la lune, cette scène cocasse où Dupond et Dupont se perdent sur la lune. Comme le font souvent ceux qui s’égarent, ils finissent par retomber sur leurs propres pas. S’engage alors une discussion qui conclut rapidement à la présence d’une vie sur l’astre lunaire : en effet, il ne fait aucun doute pour nos deux fins limiers que ces pas ne peuvent être les leurs – car il y a DEUX traces et nous sommes seuls !, s’écrie Dupont.

Duponts

Anima Ludens et François de Coninck, c’est un peu la même chose : nous sommes seuls et ils sont deux. Trois, à vrai dire : d’abord, sous le nom d’Anima ludens, je rassemble depuis de nombreuses années mes différentes activités : l’édition de cartes postales et d’affiches, l’écriture, le commissariat d’exposition, les collaborations diverses. Ensuite, c’est le nom que j’ai spécifiquement donné aux éditions d’artistes que je conçois et produis depuis 2012. Enfin, c’est également le nom de l’espace d’exposition que j’ai ouvert, en mai 2016, à Bruxelles : un lieu que je voue électivement aux éditions, objets d’artistes et autres curiosa produits par mes soins ou par d’autres artistes et éditeurs d’art. Ce lieu est ouvert tous les samedis de 14h00 à 18h00 et sur rendez-vous. Du 20 janvier 2017 au 20 janvier 2018, il accueille un nouveau projet : Un an sans images / Poetry as Artistic Practice, autour du travail d’Alessandro De Francesco et de quelques autres. Bienvenue à tous.

François de Coninck

François